Membres S'inscrire
Identifiant :
Mot de passe :
Tendance météo
Aujourd'hui
Demain
Paysan Vosgien
N°2636 - 19 février 2021
Carte Moisson
Dernières actualités Toutes les actualités
[24/02/21]
Diffusion restreinte à : Adhérent, bureau, conseil d'administration
( productions animales)
Indicateurs de marchés FNB : S07
Le Conseil d’administration de la FNB a proposé de communiquer à son réseau, de manière hebdomadaire les mercredis, des indicateurs de marché, afin d’accompagner les éleveurs dans la lecture du marché de (…)
[24/02/21]
Diffusion restreinte à : Adhérent, bureau, conseil d'administration
( productions animales)
Tableau de bord de la FNB
Vous trouverez ci dessous le tableau de bord de la Fédération Nationale Bovine pour la semaine en cours, n'hésitez pas à le partager
[22/02/21]
Diffusion restreinte à : Adhérent, bureau, conseil d'administration
( syndical)
« Nous Paysans » ou la nostalgie des jours laborieux
Le 23 février à 21h05, France 2 diffusera un documentaire d’une heure et demie dirigé par le réalisateur Fabien Beziat et la journaliste Agnès Poirier. Cette projection sera suivie d’un débat auquel (…)
[19/02/21]
Diffusion restreinte à : Adhérent, bureau, conseil d'administration
( Emploi)
RELANCE - FDSEA - RENCONTRES EMPLOI SUR LES TERRITOIRES
Rappel: n’oubliez pas de vous inscrire pour les rencontres Emploi sur les territoires (Cf. invitation ci-dessous).
[19/02/21]
Diffusion restreinte à : Adhérent, bureau, conseil d'administration
( dégats de gibier)
Dégâts de gibier : il est temps d'agir
Vous trouverez ci dessous l'article du Paysan Vosgien de ce jour concernant une initiative locale des agriculteurs du secteur de Girecourt Sur Durbion
Editorial Tous les éditos
par Philippe CLEMENT colère confinée

Les négociations commerciales sont en cours entre les acheteurs (GMS) et nos entreprises de l’agroalimentaire. Comme trop souvent, les mastodontes de la distribution demandent des baisses de prix à nos industriels. Au bout du compte, qui va payer ? Nous connaissons bien évidemment la réponse.

Les EGA avaient pour but de redonner de la valeur à nos produits, à notre métier et de la considération pour les femmes et les hommes qui le font. Nous n’accepterons pas d’être, encore une fois, la variable d’ajustement et la semaine qui arrive sera l’occasion pour nous d’aller saluer, de façon plus ou moins courtoise, nos grandes surfaces. A l’inverse de ces tyrans, nous n’avons pas vu nos résultats comptables s’envoler avec la crise sanitaire. Pire encore, le marché de la viande et du lait sont soumis à des pressions que nous ne pouvons ni comprendre ni accepter. Nous ne tolérons pas, sous prétexte de défendre le pouvoir d’achat, que les denrées alimentaires soient encore une fois dans l’entonnoir.

La pression monte sur l’ensemble du territoire national. Nous allons nous mettre en ordre de marche, en rangs serrés pour siffler la fin de la récréation. La crise sanitaire que nous traversons ne peut pas tout expliquer et être le prétexte de tous les agissements, surtout les plus infames. Même si nous éviterons les rassemblements de masse, nous donnerons un premier avertissement à la grande distribution tout en surveillant bien que nos entreprises de la transformation ne se servent pas non plus de l’alibi sanitaire pour nous appuyer la tête dans l’eau.

A nos industriels, à la grande distribution, je lance un avertissement : une colère confinée depuis si longtemps pourraient être très difficile à maîtriser. Bien syndicalement.

Lire la suite